#3 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

9 février 2015

Oxymore à l'arrivée

Oxymore à l’arrivée, encre et aquarelle

Après l’heure de l’arrivée, voici venue l’heure du rangement !
Nous avons laissé Oxymore en vrac, trop fatigués hier soir.
En montant à bord, Laurent s’exclame : “Je vais ranger, je jure ! ” tandis qu’un journaliste pointe son micro pour l’interviewer.
Jetant un oeil à l’intérieur, je suis effarée par ce que je découvre : un tas de voiles en boule, de la vaisselle sale, des cordages abandonnés, des vêtements épars ! C’est monstrueux, une vraie vision d’horreur ménagère, mais absolument réjouissant pour dessiner.
Tandis que Laurent raconte sa course en long, en large et en travers, je démêle à la pointe du pinceau spis, focs, gênois, harnais et tutti quanti.
Quand on voit l’état de son bureau à la maison, ce n’est finalement pas si différent.
Nous croisons François, skipper sur Crescendo, un peu plus loin sur le ponton. Il rigole en découvrant le dessin. ” Tu peux faire la même chose sur Crescendo ? ” Allez, me voici donc promue croqueuse de bazar marin…

Crescendo à l'arrivée

Crescendo à l’arrivée, encre et aquarelle.

Assise en haut de la descente, je contemple un fatras puant, légèrement incommodée par l’odeur mâle qui s’en dégage. Eux, ils étaient deux, et ça se sent !

La journée s’écoule tranquillement au rythme des pots à l’Annexe, des retrouvailles, des histoires de course, des arrivées qui se succèdent.
Laurent est dans une forme olympique ! Tandis qu’il plie ses voiles au carré, je sirote un coca en écoutant d’une oreille distraite les conversations des Rouges.

A l'Annexe

A l’Annexe, encre et aquarelle

Les rues du Marin sont désertes.
Sauf une vieille dame affalée sur une chaise devant sa porte, qui semble assoupie. Elle ouvre un oeil tandis que je la croque à toute vitesse.
_ Vous faites quoi, vous ?
_ Moi ? Heu… rien…
_ Vous êtes là pour quoi ?
_ Mon mari a fait la Transquadra, il est arrivé hier soir.
_ Ah.
Elle ferme les yeux. Silence.
_ Ahhhhh, c’est pas comme ces jeunes qui ne font rien ! Vous, vous faites quelque chose, au moins.
_ ???
_ Aie aie aie aie aie…Ahhhhhhhhh… Ces jeunes !
Finalement, je décide d’écourter mon dessin !

La vieille dame du Marin

La vieille dame du Marin

Le Marin

Le Marin, encre et aquarelle

Quel bonheur de croquer depuis notre terrasse une forêt de mats ensoleillés et tintinnabulants. Je commence enfin à me sentir un tout petit peu en vacances…

Marina du Marin

Marina du Marin, encre et aquarelle

Laurent bricole sur Oxymore, tandis que sur le ponton 5 il règne une vie incroyable. Quelle ambiance ! Les équipages se saluent, plient les voiles, briquent le pont, lavent leur linge sale en famille, discutent, lorgnent l’état du bateau voisin, comptabilisent la casse. On échange des nouvelles :  ceux qui sont encore loin, les démâtés, les touchés-coulés… Cette édition fut riche en péripéties, mais heureusement, aucune perte humaine à déplorer.
26 janvier 2015 : Flor Da Rosa démâte et fait route vers les Canaries sous gréement de fortune. Quattro démâte également et met le cap vers le Cap Vert.
Le 27 janvier, Patrice Carpentier tombe à l’eau, rattrapé de justesse par son équipier Dominique Bleichner.
28 janvier : Laminak démâte à son tour. L’équipage demandera son évacuation le 1er février.
30 janvier : Zinzolin chavire, roulé par une déferlante. Malgré une très grosse frayeur, l’équipage est récupéré sain et sauf par un cargo. Le bateau est abandonné.
4 février : Solua coule suite à une voie d’eau. Renaud Barathon a pu être évacué à bord de Ven dan Vwell, l’équipage martiniquais de la course.
Et puis on ne compte plus les spis déchirés, les safrans dézingués, les pannes électroniques, les mats qui bougent tout seuls…

Scène de vie ordinaire sur le ponton 5

Scène de vie ordinaire sur le ponton 5, encre et aquarelle

Jean-Pierre Kelbert, perché en haut de mât, hurle à Hervé :
_ Ça y est ! J’ai viré le messager !
_ Je peux te descendre maintenant ?
Moi : “Heu… C’est pas très sympa ce que tu lui dis-là ! ”
Hervé : “????”
Moi : “Non mais, quand on descend quelqu’un c’est tout de même un peu définitif !”
Hervé : “Mais j’vais pas le laisser là-haut, quand même !”
Moi : “Laisse tomber… Heu, non, pas tout à fait ! ”
Hervé : “????”
Moi : “Rien rien…”
C’est corrosif, le sel marin, parfois…

JPK en haut du mât

JPK en haut du mât, Encre et aquarelle

On croise Dominique Bleichner devant Groupe 5.
_ Alors, raconte-nous ce sauvetage !
_ On a eu peur… C’est dingue comment on peut avoir les bons réflexes… A une ou deux minutes, Patrick était mort.
La voix tremble.
_ Allez, c’est l’heure de l’apéro. Tu viens ?