Souvenir de vacances – Tellaro, Cinq Terres, Italie

Carnet de voyage dans les Cinq Terres, Italie, TellaroJuin 2016, Tellaro
Feuilletant mes dessins d’été, je retrouve cette aquarelle esquissée à Tellaro à l’heure du Spritz les pieds dans l’eau.

Tellaro, c’est un ravissant village de pêcheurs encore préservé des hordes de touristes agglutinés dans les villages perchés des Cinque Terre, à quelques encablures de là…
Pardonnez-moi ce cliché de vacances au soleil, mais rien ne me donne le sourire comme croquer la dolce vita à l’italienne.

Un croquis, une histoire. Jaisalmer, une ville en or

Jaisalmer, Rajasthan

Jaisalmer, Rajasthan

Jaisalmer, Rajasthan (Inde), 3 décembre 2015

En ce milieu d’après-midi brûlant, la ruelle étroite bordée d’encorbellements de pierre ciselée si finement qu’en comparaison la dentelle paraît une broderie grossière, s’enfonce vers une flaque de soleil abolissant tous les contours.
La couleur dorée si particulière de la pierre de Jaisalmer qui rappelle le sable du désert du Thar tout proche, a donné à la ville son surnom de ville jaune.

Jaisalmer est une ville précieuse où l’or et la boue s’enlacent et s’entrelacent.

Une petite terrasse surélevée borde la rue dans le prolongement de la maison, avec une chaise en plastique abandonnée là qui offre un confort et un point de vue parfaits.
Je m’assois là pour dessiner, protégée de la foule des rats filant dans les rigoles d’égoûts à ciel ouvert.
Un peu plus tard, un père et son petit garçon prennent place également.
Il crache avec une régularité de métronome et un affreux raclement de gorge. Je préfère ne pas y penser.

L’enfant s’enhardit, attrape alors un crayon dans ma trousse. Le père s’excuse avec un sourire qui retrousse sa moustache.
J’arrache une feuille pour le petit.
Il gribouille en poussant des cris de joie, et sur mon croquis, avec un peu de gris de Payne mélangé au violet de cobalt, s’illuminent les dernières touches d’ombre.

J’abandonne à Jaisalmer un crayon de papier contre le rire d’un enfant.

Singapour à la folie, carnet de voyage

J’ai découvert Singapour en juillet dernier à l’occasion du Symposium annuel des Urban Sketchers.
J’animais pour l’occasion un atelier sur l’art d’aller à l’essentiel. Parfait pour une ville aussi tape à l’œil qui attire tous les regards sans que l’on sache où poser le sien. Une ville merveilleusement attachante également, au delà des préjugés qu’elle suscite.

Marina Bay

Marina Bay, encre et aquarelle au soleil couchant. Hordes de Chinois mitrailleurs…

Singapour est étonnante et bouillonnante, traditionnelle et hyper-moderne, incroyablement contrastée.
Là-bas, impossible de dessiner « comme d’habitude » : mon trait s’agite, se contracte, se déploie. Je prends des risques inédits, posture inconfortable qui oblige à se tromper, à trouver des solutions. Ça passe ou ça casse. Les lignes s’entrechoquent brutalement avec les ombres et les couleurs s’animent malgré moi.
J’ai eu envie d’expériences nouvelles et d’explorations inédites aux frontières de l’abstraction et de coups de chaud au sens propre comme au figuré ! 40 degrés à l’ombre… Difficile de dessiner sagement quand les vibrations de la ville s’emparent du croquis. Alors, on se laisse emporter et chahuter, et on verra bien.

Depuis la National Library, Singapour, encre et aquarelle

Depuis la National Library, Singapour, encre et aquarelle

Les gens, Queen Street Market

Les gens, Queen Street Market, crayon et aquarelle

Queen Street Market

Queen Street Market, encre et brou de noix

Je remercie chaleureusement tout le staff Urban Sketchers pour l’organisation sans faute de cet évènement, et quel immense plaisir de retrouver la communauté des sketchers « pour de vrai ». L’occasion de faire des progrès en anglais…

Et si vous décidez de visiter Singapour, je vous recommande de loger au Lloyd’s Inn : un havre de paix situé dans une rue calme et verdoyante à 5 minutes à pied de la station MRT Somerset avec un rapport qualité-prix imbattable pour cette ville réputée si chère. Une chambre spacieuse avec la salle de bains ouverte sur le jardin, une minuscule piscine adorable pour faire trempette et se rafraîchir au son d’un jet d’eau, et un staff charmant qui me déposait tous les soirs sur mon oreiller un sachet de gâteaux du jour.
En savoir plus sur le Lloyd’s Inn

#7 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

13 février 2015

La marchande de planteur

La marchande de planteur, crayon et aquarelle

« Dis-donc ma belle, viens goûter mon rhum !  »
La fête des marchandes bat son plein au marché couvert du Marin. Puis-je décemment goûter au rhum arrangé de Monique à 10 heures du matin ? Allez, juste une gorgée pour lui faire plaisir. Un délicieux parfum d’orange amère et de passion…. Mmmmhhhhhh, absolutely delicious ! C’est vendu : je prends une bouteille qui rejoindra bientôt ses copines Neisson.

Le rhum arrangé de Monique

Je dessine de loin la marchande de rhum, assise en plein soleil. Arrivent trois enfants qui me regardent peindre avec de grands yeux plein de questions. Ils n’ouvrent pas la bouche, jusqu’à l’arrivée de leur maman avec qui nous discutons un moment. Yvan et Pascal parcourent les océans en famille à bord de leur trimaran La Ohana pour dénoncer les atteintes faites au milieu marin et à l’environnement. Un très beau projet que vous pouvez soutenir à cette adresse : http://fr.la-ohana.org/
J’aimerais tellement moi aussi faire le grand plongeon dans l’aventure autour de monde pour dessiner à perte de vue…
Il règne une ambiance de folie au marché. Lili la marchande d’herbes offre son plus beau profil et les couleurs juteuses des étals m’inspirent une nature morte vitaminée.

Lili

Lili, crayon et aquarelle

Les agrumes du marché

Les agrumes du marché, crayon et aquarelle

Je rejoins Laurent qui s’occupe de finaliser la logistique du convoyage de retour d’Oxymore depuis la Martinique jusqu’à Lorient en cargo. C’est très compliqué… de sombres histoires de bouées d’attente non disponibles, de listes à mettre à jour avec un certain Stéphane, de rendez-vous impossibles à fixer. Je patiente en observant un concurrent briquer son pont et ses coussins avec une belle énergie.

Sur le pont

Sur le pont, encre et aquarelle

Nous suivons les recommandations d’Hervé qui nous conseille une baignade à Anse Figuier, pas très loin du Marin. Malgré la foule qui s’entasse serviette contre serviette, la plage est sympa, et bronzer à l’ombre des palmiers n’est pas désagréable du tout. Dessiner à la plage est un de mes sujets préférés : les gens s’exposent sans pudeur à la vue et au soleil, en mode « je montre tout ce que je cache d’habitude ». En y prêtant attention, on observe alors des scènes de vie cocasses et colorées charmantes à croquer.

Anse-Figuier

Anse-Figuier, encre et aquarelle

Nous rentrons nous préparer pour le cocktail Transquadra prévu ce soir au Club Med de Sainte Anne, partenaire officiel de la course. Je fais un superbe effort vestimentaire : petite robe noire, maquillage, lissage de cheveux, bracelet VIP pour montrer patte blanche… et en bandoulière mon affreux sac rouge avec mon carnet de croquis et mes affaires de dessin. Laurent me suggère alors de prévoir à l’avenir un « sac à croquis de soirée »… J’y songerai !
Nous sommes accueillis avec pina colada à volonté dans un magnifique décor de carte postale, sur la plage des Boucaniers. Le Club Med comme vous le rêvez !
« Et vous, le bonheur, vous l’imaginez comment ?… »

Juste devant nous, la ligne d’arrivée marquée par la présence d’un catamaran avec à son bord un Rouge de permanence chargé de pointer à la seconde l’heure d’arrivée des concurrents.
Les chemises blanches se mêlent aux chemises rouges, on trinque, on discute, on refait la course… Je dessine à perdre haleine à peine éclairée par un lampadaire de plage. Magique !

La soirée Club Med

La soirée Club Med, encre et aquarelle

Des bribes de discours parviennent à mes oreilles.
« Quelle édition… Un peu salée, un peu alguée… Encore quelques bateaux en mer… quatre démâtages, 3 bateaux perdus… Merci à ceux qui se sont déroutés… »
Un vibrant hommage est rendu à Dominique Bleichner qui a récupéré sur le fil son équipier tombé à l’eau. Rien sur les malheureux concurrents de Zinzolin évacués suite au chavirage de leur bateau. Le père de l’un d’eux exprime alors publiquement son amertume avec émotion. C’est aussi l’heure des bilans et des réajustements.
Que la fête commence !

Une arrivée remarquée

Une arrivée remarquée, encre et aquarelle

Cette édition fut marquée par un étirement des arrivées, inédit dans la course. Les premiers concurrents avaient pratiquement 1000 milles d’avance sur les dernières positions, une bulle de dépression ayant piégé les concurrents restés plus au nord : comme ce bateau qui franchit la ligne au beau milieu de la soirée, sous les acclamations et les applaudissements des guests. Peut-être est-ce Valérie Antonini, partie toute seule sur Vent d’Ox et arrivée à deux… Mais c’est une autre histoire !

#6 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

12 février 2015

C’est parti pour une belle journée « vadrouille et plage » dans le sud de l’île.
Nous nous promenons de Grande Anse à Anse Noire, tranquillement, au rythme martiniquais si joliment nonchalant.

Pêcheurs à Grande Anse

Pêcheurs à Grande Anse, encre et aquarelle. Delphine Priollaud-Stoclet

Première halte à Grande Anse.
Laurent a cassé son masque en marchant dessus pendant la course (no comment…) et cherche désespérément à s’en racheter un autre avec le tuba assorti pour s’adonner aux joies du snorkeling.
Je l’attends en croquant sous un soleil de plomb ce retour de pêche et la séance de vidage de poisson sur la plage.
Nous logeons la côte jusqu’à Anse Dufour, idyllique crique minuscule où poser sa serviette fait un bien fou ! Nous nageons dans une eau chaude et turquoise, à l’affut des petits poissons multicolores peuplant à foison rochers et coraux. Je suis capable de rester barboter des heures à observer la parade des chirurgiens bleus fluo, des labres bicolores, des poissons-soldats, poissons-perroquets, des orphies vif-argent et des sardes, des demoiselles rayées, des gorgones alanguies et des coraux phosphorescents…

Anse Dufour

Anse Dufour, encre et aquarelle, Delphine Priollaud-Stoclet

Nous aurons même la chance de faire connaissance avec deux belles tortues de mer peu farouches, à seulement quelques mètres de la plage.
Je passerai rapidement sur le détestable accueil dont nous avons été victimes au restaurant Sable d’or, un endroit à fuir absolument malgré la superbe vue sur Anse Dufour. Profitez plutôt des délicieux accras de Marie-Jo qui tient de main de maître une gargote de plage bondée à l’heure de midi ! Y dégoter une table relève de l’exploit, mais ça vaut le coup.
Après une baignade digestive à Anse noire la bien nommée à cause de son sable gris foncé, juste à côté de Anse Dufour, nous faisons route vers le Marin.
J’aimerais bien arriver avant le coucher du soleil pour dessiner la vue magnifique depuis le bout de ponton de la pompe à essence des bateaux.

Le Marin au crépuscule

Le Marin au crépuscule, encre et aquarelle, Delphine Priollaud-Stoclet

Sitôt arrivés, je fonce à la pompe, course contre la montre avec le soleil qui décline à toute vitesse. Sous les tropiques, la nuit tombe à pic sur les coups de 18h00 et il faut faire vite.
Cédric, le pompiste, me tient compagnie tandis que je dessine au gré des lumières parées de rose et d’or annonçant un crépuscule étoilé.
Comme ces moments rares sont délicieux…

L'arrivée des Ponpons sur Jubilation

L’arrivée des Pompons sur Jubilations, encre et aquarelle. Delphine Priollaud-Stoclet.

Dans la soirée, nous assistons en direct à l’arrivée des Pompons sur jubilations, en double sur un JPK 1010, petit frère d’Oxymore.
Ce sympathique équipage belge arbore fièrement bérets à pompon porte-bonheur et uniforme de petit marin.
Extrait de leurs impressions à chaud recueillies par les Rouges : « …. au début de la traversée, nous avons navigué comme des « idiots ». ( ce n’est pas exactement le terme employé …) Nous nous croyions en régate et avons foncé, foncé, sans ménager le matériel. Un violent départ à l’abattée, qui a détruit notre balcon avant et un chandelier, nous a ramené les pieds sur terre … la Transquadra n’est pas une régate de la journée … il faut ménager le matériel … Ensuite, nous nous sommes faits piéger dans la bulle. Nous comptions rester 48 heures dans la calmasse … en fait nous sommes restés 6 jours à régater avec nos peaux de banane. Nous avons pu plonger pour checker la quille et l’embase. La dernière calmasse, 24 h avant l’arrivée était vraiment de trop ! … » (source : blog de la Transquadra, 13 février 2015)
Nous trinquons avec eux, bien sûr !

#5 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

11 février 2015

L'hydrogénérateur, démontage

L’hydrogénérateur, démontage, encre et aquarelle

Il fait une chaleur à crever aujourd’hui.
Pour moi, c’est Coca light avec plein de glaçons à l’Annexe, tandis que Laurent s’en est allé tout frétillant dès potron-minet. « J’vais bricoler sur le bateau… »
Vers midi, je pars aux nouvelles et découvre mon Laurent tout rouge, en sueur,  tirant comme un âne sur un truc situé à l’arrière d’Oxymore.
Moi : « Tu fais quoi ? »
Laurent : « Mrrrffffffffhhhh…. Putain de merde de chier de cochonnerie de merde ! »
Moi : « ??????… heu, c’est sur quoi que tu tapes comme un sourd avec ton marteau ? »
Laurent (comme si c’était évident) : « J’essaye de virer l’hydrogénérateur, mais cette putain de vis est tordue !  »
C’est assez marrant à dessiner… Je finis tout juste d’écrire la légende, quand deux ravissantes petites blondinettes s’arrêtent pour regarder mon croquis :
« C’est beau Madame !  »
Moi : « Merci !  »
Blondinette n°1 : « Qu’est ce que vous avez écrit, là ? »
Moi (en cachant le dessin) : « Rien rien ma chérie… enfin, des gros mots pas beaux que disaient le monsieur sur le bateau !  »
Laurent : « Hein ? »
Moi, l’air de rien : « Quoi ? »
D’autres se livrent à côté à des occupations non moins périlleuses : le pliage des voiles ! Je vous assure que cela demande un sacré coup de main…

Le pliage des voiles

Le pliage des voiles, encre et aquarelle.

Ouf, l’hydrogénérateur est finalement démonté et j’apprends que nous sommes attendus pur un pique-nique sur la plage des Salines. On y va en bateau, bien sûr.
C’est la première fois que je navigue sur Oxymore. Bien que mariée à un vrai marin, je déteste faire du bateau : j’ai peur, j’ai mal au cœur, je ne sais rien faire à bord et l’idée de barrer me rend malade. Quant à savoir d’où vient le vent, c’est une autre affaire… Laurent a fini par renoncer à m’expliquer !
En mer j’ai le QI d’une huître et le teint verdâtre d’une algue moisie.
Nous jetons l’ancre avec quatre ou cinq autres bateaux devant le décor enchanteur de la longue plage des Salines. L’apéro bat son plein : planteur à volonté !

Pique-nique aux Salines

Pique-nique aux Salines, encre et aquarelle.

La plage est magnifique. Je ne résiste pas au plaisir de dessiner les uns et les autres, glanant ci et là des bribes de conversations. La petite Rose s’est finalement endormie à même le sable, fatiguée par un gros rhume, et nous bavardons tranquillement en la surveillant du coin de l’œil.
Un dernier croquis rapide avant d’aller prendre le café, invités sur le catamaran de croisière de Jacky, un ami de Jean-Pierre Kelbert et de Sophie.

Plage des Salines

Plage des Salines, encre et aquarelle

Je n’avais jamais visité de gros cata comme celui-ci : il est magnifique et j’aurais presque envie de faire une croisière dessus…
Nous rentrons tranquillement au Marin tandis que tombe la nuit.
C’est bien les vacances au soleil !

#4 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

10 février 2015

Corvée de plonge

Corvée de plonge, encre et aquarelle.

Laurent est une parfaite petite ménagère dès qu’il s’agit de bichonner son bateau et je le retrouve ce matin en train de récurer toute sa vaisselle sur le ponton 5.
Je patiente en dessinant les belles pelotes de cordages patiemment rincées puis enroulées par Hervé qui finissent de sécher sur le pont de Léon.

Les cordages de Léon

Les cordages de Léon, encre et aquarelle.

Puis j’immortalise la cocotte de Pour Aster. Une cocotte, appelée également cocotier, c’est un peu le cauchemar de Jean-François Hamon qui a ainsi ravagé ses spis les uns après les autres. Imaginez le spi, une voile très puissante, si étroitement entortillé autour de l’étai qu’il devient impossible de le libérer sans tout déchirer.

La cocotte de Pour Aster

La cocotte de Pour Aster, encre et aquarelle.

Je parviens enfin à convaincre Laurent de quitter le ponton pour découvrir les environs du Marin. C’est parti à bord de notre petite Twingo de location ! Nous mettons aujourd’hui le cap vers la distillerie Neisson au Carbet, bien décidés à rapporter quelques bouteilles pour remonter le niveau de nos réserves de rhum.

Carnaval des enfants à Rivière Pilote

Carnaval des enfants à Rivière Pilote, encre et aquarelle

A Rivière-Pilote, les enfants défilent en costumes au son d’une sono tonitruante installée dans le camion-benne de la ville. C’est une explosion de bruit, de paillettes et de couleurs ! Les écoles se suivent à travers les rues du village dans un joyeux désordre en brandissant panneaux décorés et banderoles criardes. Je sors mon carnet pour croquer à toute vitesse sans perdre une miette du spectacle.

Le Carbet, rue du Commandant Philipe Paraclet

Le Carbet, rue du Commandant Philipe Paraclet, encre et aquarelle

Nous arrivons au Carbet après un savoureux déjeuner les pieds dans l’eau, sur la plage. Les accras étaient délicieux, surtout accompagné d’un ti punch bien citronné.
Pendant que Laurent se baigne, je m’installe dans la rue, attirée par cet alignement de petites maisons recouvertes de bois baignées dans la lumière. On aperçoit le bleu franc de l’océan, juste après la route. Pas un bruit, sauf les clameurs lointaines d’un défilé de carnaval.
Une dame s’approche pour me proposer un tabouret. Elle s’appelle Lucia, ravie de reconnaître sur mon dessin sa maison, celle avec le rideau qui flotte au vent. Elle me raconte qu’elle et son mari Max viennent de rentrer en Martinique après toute une vie passée à travailler en métropole. Fait du hasard, ils habitaient juste à côté de mon atelier ! Le monde est tout petit… Là, ils finissent de retaper la maison familiale, celle que j’ai dessinée. Je repars avec un kilo d’oranges amères délicieusement parfumées. « Elles viennent directement du piton. Elles sont amères et douces. »
Un oxymore.
Laurent (finissant de sécher au soleil) : « dis-donc, elles sont extensibles tes 20 minutes ! Ça fait 1 heure que je t’attends !  »
Moi : « Ben, je discutais. Regarde, on a des oranges pour le ptit déj !  »
Laurent : « Bon, filons à la rhumerie avant que ça ferme. »
Çà, c’est sacré…

#2 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

8 février 2015

Marina du Marin

Marina du Marin, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Réveillée par le bruit de la pluie battante contre les volets, j’émerge à 4h30 du matin. Les joies du jetlag…
Malgré la nuit encore bien noire, il n’est pas difficile de comprendre qu’il fait un temps épouvantable.
Le jour se lève d’un coup, dévoilant un ciel plombé. Il pleut à torrents et un brouillard gris floute les contours de la marina.
Mon premier dessin martiniquais sera donc en noir et blanc.
Je tente une expédition au marché du Marin, escomptant une éclaircie miraculeuse. Peine perdue, j’arrive trempée et mes tongs font flic-flac. Mais bien vite, le charme des étals débordants de fruits appétissants aux couleurs chatoyantes et la faconde des marchandes me réchauffe comme un coup de soleil.

Le marché du Marin

Le marché du Marin, gouache et encre.

« Ah ben vous êtes encore là ! »
Je sursaute en reconnaissant mon voisin de siège dans l’avion.
Je tente un « Tiens, vous aussi vous êtes de la Transquadra ? » avec un petit sourire entendu. Il me dévisage, interloqué, comme si je lui avais demandé s’il faisait partie d’une secte : « heu non, on s’apprête juste à partir en croisière entre amis… » Je plonge le nez dans mon dessin en bafouillant : « Ben, bonnes vacances alors !  »
Direction la Marina pour repérer le QG de la Transquadra. J’erre comme une malheureuse toute dégoulinante de pluie à travers les boutiques à touristes, les shipchandlers et les loueurs de catamarans de croisière en essayant de me repérer. Croisant le chemin de deux équipiers de la Transquadra fraîchement arrivés, nous discutons 5 minutes tout en cherchant le bureau de course.
_ Félicitations ! Vous êtes arrivés quand ?
_ Dans la nuit…
Je suis stupéfaite de leur trouver l’air si détendu après 15 jours de course. Moi qui suis défaite au bout de 8 heures de vol passées à lire, manger, dessiner et regarder des films…
_ Alors, tout s’est bien passé ?
_ Super, à part les sargasses qui nous ont pourris. (Une ombre passe dans leur regard soudain plein d’une haine féroce… Vous croyez que j’exagère ?)
_ Ah oui, Laurent m’a demandé de lui expédier des millions de tonnes d’acide sulfurique pour en venir à bout.
_ Nous, on a pensé au napalm !
Au PC course, un rouge me confirme l’arrivée de Laurent prévue dans la soirée, vers 20h30. J’ai tellement hâte de le serrer dans mes bras.
« Bon, vous avez toute la journée pour vous en l’attendant, profitez-en !  »
Il s’est enfin arrêté de pleuvoir.
Je déambule sur le ponton 5 où s’alignent les les premiers arrivés, dont Pierrick Penven sur Zéphyrin, radieux vainqueur des solitaires toutes catégorie.

Pierrick Penven sur Zéphyrin

Pierrick Penven sur Zéphyrin, Encre et aquarelle

Puis je m’attaque à Marylou, juste à côté.
De plus en plus menaçants, les nuages s’accumulent à nouveau et le ciel noircit. Çà y est, les premières gouttes tombent drues et je n’ai que le temps de plier mes affaires en pestant.
_ Allez, venez vite vous mettre à l’abri !
Waouh… un jeune homme brun et ténébreux me fait signe de monter à bord de son gros bateau à moteur.
_ Merci, c’est vraiment sympa.
_ Pour l’art, on ferait n’importe quoi, dit-il en souriant avec des yeux qui pétillent.
Installée sur une banquette moelleuse, à l’abri d’un auvent de toile, dessiner sous la pluie prend alors une toute autre dimension.

Marylou au ponton 5

Marylou au ponton 5, encre et aquarelle

De retour à la maison, je fais un truc qui me paraissait impensable aux Antilles : une tasse de thé brûlant et un long bain bouillant pour me réchauffer car je suis totalement frigorifiée… et désespérée par ce temps pourri qui ne semble pas vraiment sur le point de s’arranger.
Bien décidée à profiter malgré tout de mon après-midi, je réserve une excursion sur l’Aquabulle, un bateau à coque de verre qui permet d’observer les fonds marins. Un plan « vacances débiles à la c… », mais pour une fois, j’assume !
J’embarque donc à 15h00 en compagnie d’un groupe de braves retraités bedonnants et de familles encombrées d’enfants surexcités. Delphine, ne te plains pas, c’était couru d’avance. Tiens, un coin de ciel bleu se dévoile.
Même à travers les parois vitrées de l’Aquabulle et les commentaires ridicules de mes voisins, la magie opère : je ne me lasse pas du spectacle des poissons vibrionnants entre les coraux tels des éclairs d’arc-en-ciel.

Les petits poissons

Les petits poissons, encre et aquarelle

Après une baignade – snorkelling, Clément sert le gouter à bord .
Et hop, un planteur ! Il n’est que 16h30, mais c’est délicieux à n’importe quelle heure.

Clément de l'Aquabulle

Clément de l’Aquabulle, gouache

Fin d’après-midi au Marin.
Je consulte fébrilement les derniers relevés de position. Oxymore est toujours prévu dans la soirée, malgré le vent qui faiblit.
A l’Annexe, je déguste un fabuleux ti punch accompagné d’accras croustillants. J’enchaîne avec le pot de bienvenue offert aux familles par l’Office du Tourisme du Marin. OK pour le planteur fruits de la passion ! J’ignore si mon foie résistera à mes vacances martiniquaises…
Le ciel se pare de teintes flamboyantes et la nuit tombe brutalement. J’ai la tête qui tourne mais impossible de résister à l’appel d’un dessin, surtout quand la lune s’en mêle. Incroyables nuances bleu nuit, bleu marine, bleu roi. Les mats se dressent comme des tiges suspendues par dizaines aux étoiles.
Affalée sous un lampadaire, je goûte le bonheur de peindre les fières silhouettes des bateaux au mouillage en tendant l’oreille pour glaner au vol des bribes d’aventure. « … le premier qui nous sert un plat d’algues au restau, il est mort… »

Marina du Marin, nocturne

Marina du Marin, nocturne, gouache

Comment tuer le temps avant l’arrivée d’Oxymore… Je suis pompette.
Tu me manques et les dernières minutes sont interminables. N’y tenant plus, je me hâte vers la jetée, munie d’un livre pour patienter et d’une bouteille de Champagne. La VHF d’un rouge qui fait les cent pas grésille. Ça y est enfin, on annonce l’arrivée imminente de deux bateaux. Mon cœur fait des bonds. C’est bien toi !!!!!
A 20h19 et 54 secondes tu franchis la ligne d’arrivée, second des solos. Encore un peu de patience avant de voir s’avancer dans le port la coque grise d’Oxymore derrière le zodiac des rouges qui te guide jusqu’à ta place. Enfin, tu t’amarres vers 21h15.
On t’accueille avec des applaudissements et un verre de rhum. Tu souris, radieux avec ta barbe de 15 jours, bronzé, vif et alerte comme si tu venais de faire une simple promenade en mer. Je me jette littéralement dans tes bras en m’envolant sur Oxymore juste avant de me faire engueuler par le rouge qui doit vérifier à bord que tout est bien conforme.
C’est un moment magique : flashs des appareils photo, caméra, interview. J’essuie discrètement une larme de fierté et de joie.
Quelle belle victoire !
Tu as réalisé ton rêve.

Laurent à l'arrivée, Transquadra 2015

Laurent à l’arrivée, Transquadra 2015

Paris, je t’aime ! Carnet de voyage à Paris

Comme il est agréable de musarder au soleil… Voilà que je me prends pour une touriste en goguette à Paris, le temps d’une belle journée de printemps !
Je dessine la Pyramide du Louvre en clignant des yeux (j’ai bien sûr oublié mes lunettes de soleil…) tandis que m’attendent au Palais-Royal les colonnes à rayures de Buren.

Musée du Louvre, Carnet de voyage à Paris

Musée du Louvre, Carnet de voyage à Paris
Encre de Chine et feutre tubulaire

Je m’amuse à croquer badauds et touristes pique-niqueurs, solitaires ou en grande conversation…

Les Colonnes de Buren, Carnet de voyage à Paris

Les Colonnes de Buren, Carnet de voyage à Paris
Encre de Chine et feutre tubulaire.

Et je rentre à la maison avec l’impression d’avoir été en vacances, malgré la cohue du RER et une pile de paperasses en retard sur mon bureau !

Mon rêve d’Islande

L’Islande est un fantasme, une idée que je nourris depuis longtemps…
J’en ai rêvé pour le concours organisé par Nouvelles Frontières  » Gagnez le voyage de votre vie » et j’ai eu la joie de remporter le second prix avec ce texte accompagné d’ébauches picturales.

Islande - Carnet rêvé

Islande – Carnet rêvé

Quel pays dessinerait la Terre comme une autre planète ?
Comment voyager aux confins de l’univers vers ces lieux incertains qui peuplent mes rêves ?
Quelle terre épouserait l’eau pour enfanter le feu et le ciel ?
Quelle écorce arracherait de ses entrailles fumantes de spectaculaires geysers ?
Vert de gris, bleu céruléen, cramoisi d’alizarine, noir d’ivoire, auréoline. Pigments essentiels pour capturer les quatre éléments réunis, mes inséparables aquarelles.
De l’eau, de l’encre, le blanc et le grain de la feuille.

Islande - Carnet rêvé

Islande – Carnet rêvé


Je songe à une île unique où vagabonder au rythme de mes étonnements, l’espace d’un territoire à mille lieux des paysages connus et reconnus.
Mon doigt s’attarde au Nord de la mappemonde dépliée.
Islande, terre de glace au cœur brûlant. Palpitant oxymore.

Islande - Carnet rêvé

Islande – Carnet rêvé

 Les plaines d’Islande chuchotent à l’oreille des cailloux des mots arides aux tonalités soufrées. Des syllabes imprononçables formées de lettres existant nulle part ailleurs ajoutant au mystère d’un pays qui dérive à la lisière du globe.
La toundra frémissante parée de fleurs sauvages et mauves ondule, offerte à la caresse de l’air pur.
Je suis prête à échanger mon cher soleil flamboyant contre le pâle et mystérieux soleil de minuit.
La nuit polaire, couronnée d’aurores boréales phosphorescentes, resplendirait d’une lumière magique pailletée d’or et d’argent.
J’aimerais parcourir à pied ces déserts de pierres ponctués de volcans cracheurs de flammes et de cendres, deviner les eaux bouillantes emprisonnées sous les glaciers, explorer de nouvelles frontières picturales.

Voir naître le cosmos,  jouer avec le feu.

Un retour aux sources.

Peindre les gris colorés et l’éclat du chaud.
Jeter sur le papier la trace de mes pas.
Rapporter le carnet d’un voyage alchimique.

Islande, mon rêve de fin du monde.

Islande - Carnet rêvé

Islande – Carnet rêvé