Carnets de vacances

J’ai pris mes carnets et quartiers d’été aux quatre coins du monde, abandonnant d’abord Paris en habits gris pour Paros la belle en bleu et blanc qui fait trempette en mer Egée. Dix jours de salades grecques, sans l’ombre visible d’une crise qui fit fureur cet été-là…

Eglise de Saint Constantin, Parikia

Eglise de Saint Constantin, Parikia, Paros

Fin d'après-midi, Parikia, encre

Fin d’après-midi, Parikia, encre

A peine rentrée, je boucle en vitesse une valise pour pays chauds chauds chauds et saute dans un avion avant de plonger à corps perdu quelques jours dans la moiteur équatoriale et trépidante de Singapour. L’odeur doucement nauséabonde des durians en vrac sur les étals, juxtapositions urbaines insolites et street food d’enfer.

Breakfast at Killiney's Coffee, encre et brou de noix

Breakfast at Killiney Coffee, Singapour, encre et brou de noix

Une petite heure dans les nuages entre Singapour et Phuket.
A Koh Yao Noi, je retrouve avec bonheur les proliférations rocheuses ponctuant de brun la palette vert menthe à l’eau de la mer d’Andaman, la volupté d’un massage thaï et le goût délicat de la salade de fleurs de bananiers. Là, même les pompes à essence ont la couleur gourmande d’un jus de fruits.

Rochers, face à Koh Yao Noi, Thailande, encre et aquarelle

Rochers, face à Koh Yao Noi, Thailande, encre et aquarelle

La plage, Koh Yao Noi, Encre et aquarelle, Thailande

La plage, Koh Yao Noi, Encre et aquarelle, Thailande

Pompes à essence, Koh Yao Noi, encre et aquarelle

Pompes à essence, Koh Yao Noi, encre et aquarelle

Retour en France pour la transhumance estivale qui nous mène en famille au fil de l’A7 de Paris à Théoule sur Mer. C’est parti pour 1000 bornes de bouchons en mangeant des chips avec David Bowie dans les oreilles !
Au bout du bitume, les foules bigarrées en maillots de bain, les pique-nique au rosé à bord du bateau blotti dans une crique, les apéros qui n’en finissent pas avec les copains sous les étoiles.

L'heure du ti punch, encre et aquarelle, Théoule sur Mer

L’heure du ti punch à l’apéro, encre et aquarelle, Théoule sur Mer

Capitaine Laurent, encre et aquarelle

Capitaine Laurent, encre et aquarelle

Val et Max bronzent sur le pointu, encre et aquarelle

Val et Max bronzent sur le pointu, encre et aquarelle

La plage du Suveret, aquarelle

La plage du Suveret, aquarelle

L’Italie, c’est tout près… Je rêve de découvrir les Cinque Terre, alors je dégote pour dormir une chambre de princesse dans un château fort qui nous enchante la nuit et le jour, nous nous métamorphosons en touristes noyés dans une foule surchauffée, arpentant à la queue leu leu les ruelles escarpées de Vernazza ou Riomaggiore, bondées mais sublimes. Avanti !

Riomaggiore, fin d'après-midi, encre et aquarelle

Riomaggiore, fin d’après-midi, encre et aquarelle

De retour à la maison, d’autres horizons se dessinent.
Dans un mois je m’envolerai pour Essaouira, puis en Inde, puis en Thailande…

Singapour à la folie, carnet de voyage

J’ai découvert Singapour en juillet dernier à l’occasion du Symposium annuel des Urban Sketchers.
J’animais pour l’occasion un atelier sur l’art d’aller à l’essentiel. Parfait pour une ville aussi tape à l’œil qui attire tous les regards sans que l’on sache où poser le sien. Une ville merveilleusement attachante également, au delà des préjugés qu’elle suscite.

Marina Bay

Marina Bay, encre et aquarelle au soleil couchant. Hordes de Chinois mitrailleurs…

Singapour est étonnante et bouillonnante, traditionnelle et hyper-moderne, incroyablement contrastée.
Là-bas, impossible de dessiner « comme d’habitude » : mon trait s’agite, se contracte, se déploie. Je prends des risques inédits, posture inconfortable qui oblige à se tromper, à trouver des solutions. Ça passe ou ça casse. Les lignes s’entrechoquent brutalement avec les ombres et les couleurs s’animent malgré moi.
J’ai eu envie d’expériences nouvelles et d’explorations inédites aux frontières de l’abstraction et de coups de chaud au sens propre comme au figuré ! 40 degrés à l’ombre… Difficile de dessiner sagement quand les vibrations de la ville s’emparent du croquis. Alors, on se laisse emporter et chahuter, et on verra bien.

Depuis la National Library, Singapour, encre et aquarelle

Depuis la National Library, Singapour, encre et aquarelle

Les gens, Queen Street Market

Les gens, Queen Street Market, crayon et aquarelle

Queen Street Market

Queen Street Market, encre et brou de noix

Je remercie chaleureusement tout le staff Urban Sketchers pour l’organisation sans faute de cet évènement, et quel immense plaisir de retrouver la communauté des sketchers « pour de vrai ». L’occasion de faire des progrès en anglais…

Et si vous décidez de visiter Singapour, je vous recommande de loger au Lloyd’s Inn : un havre de paix situé dans une rue calme et verdoyante à 5 minutes à pied de la station MRT Somerset avec un rapport qualité-prix imbattable pour cette ville réputée si chère. Une chambre spacieuse avec la salle de bains ouverte sur le jardin, une minuscule piscine adorable pour faire trempette et se rafraîchir au son d’un jet d’eau, et un staff charmant qui me déposait tous les soirs sur mon oreiller un sachet de gâteaux du jour.
En savoir plus sur le Lloyd’s Inn

#4 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

10 février 2015

Corvée de plonge

Corvée de plonge, encre et aquarelle.

Laurent est une parfaite petite ménagère dès qu’il s’agit de bichonner son bateau et je le retrouve ce matin en train de récurer toute sa vaisselle sur le ponton 5.
Je patiente en dessinant les belles pelotes de cordages patiemment rincées puis enroulées par Hervé qui finissent de sécher sur le pont de Léon.

Les cordages de Léon

Les cordages de Léon, encre et aquarelle.

Puis j’immortalise la cocotte de Pour Aster. Une cocotte, appelée également cocotier, c’est un peu le cauchemar de Jean-François Hamon qui a ainsi ravagé ses spis les uns après les autres. Imaginez le spi, une voile très puissante, si étroitement entortillé autour de l’étai qu’il devient impossible de le libérer sans tout déchirer.

La cocotte de Pour Aster

La cocotte de Pour Aster, encre et aquarelle.

Je parviens enfin à convaincre Laurent de quitter le ponton pour découvrir les environs du Marin. C’est parti à bord de notre petite Twingo de location ! Nous mettons aujourd’hui le cap vers la distillerie Neisson au Carbet, bien décidés à rapporter quelques bouteilles pour remonter le niveau de nos réserves de rhum.

Carnaval des enfants à Rivière Pilote

Carnaval des enfants à Rivière Pilote, encre et aquarelle

A Rivière-Pilote, les enfants défilent en costumes au son d’une sono tonitruante installée dans le camion-benne de la ville. C’est une explosion de bruit, de paillettes et de couleurs ! Les écoles se suivent à travers les rues du village dans un joyeux désordre en brandissant panneaux décorés et banderoles criardes. Je sors mon carnet pour croquer à toute vitesse sans perdre une miette du spectacle.

Le Carbet, rue du Commandant Philipe Paraclet

Le Carbet, rue du Commandant Philipe Paraclet, encre et aquarelle

Nous arrivons au Carbet après un savoureux déjeuner les pieds dans l’eau, sur la plage. Les accras étaient délicieux, surtout accompagné d’un ti punch bien citronné.
Pendant que Laurent se baigne, je m’installe dans la rue, attirée par cet alignement de petites maisons recouvertes de bois baignées dans la lumière. On aperçoit le bleu franc de l’océan, juste après la route. Pas un bruit, sauf les clameurs lointaines d’un défilé de carnaval.
Une dame s’approche pour me proposer un tabouret. Elle s’appelle Lucia, ravie de reconnaître sur mon dessin sa maison, celle avec le rideau qui flotte au vent. Elle me raconte qu’elle et son mari Max viennent de rentrer en Martinique après toute une vie passée à travailler en métropole. Fait du hasard, ils habitaient juste à côté de mon atelier ! Le monde est tout petit… Là, ils finissent de retaper la maison familiale, celle que j’ai dessinée. Je repars avec un kilo d’oranges amères délicieusement parfumées. « Elles viennent directement du piton. Elles sont amères et douces. »
Un oxymore.
Laurent (finissant de sécher au soleil) : « dis-donc, elles sont extensibles tes 20 minutes ! Ça fait 1 heure que je t’attends !  »
Moi : « Ben, je discutais. Regarde, on a des oranges pour le ptit déj !  »
Laurent : « Bon, filons à la rhumerie avant que ça ferme. »
Çà, c’est sacré…

#1 Transquadra, Madère-Martinique, Carnet de voyage

7 février 2015

En route vers Orly, je frétille d’impatience à l’idée de retrouver Laurent en Martinique.
Il a pris le départ de la seconde étape de la Transquadra sur Oxymore le 24 janvier pour une transatlantique à la voile en solitaire reliant Madère au Marin en Martinique.
Quatrième au classement des solos Saint-Nazaire à l’issue de la première manche, il s’est posé depuis de nombreuses questions existentielles sur ses capacités à traverser l’Atlantique. « Et si je suis ridicule ?, et si et si et si… »  Nous avons eu droit à tous les symptômes psychosomatiques avant son départ pour Madère : état grippal, mal au ventre, un mal au genou inexplicable, une humeur de dogue…
Moi, j’ai confiance !
24 janvier, 8h30
Moi (France) : Ben, je t’appelle pour te dire au-revoir…
Laurent (Quinta Do Lorde) : Hrumfff.
Moi : ???? Bon, ça va ?
Laurent : Oui oui.
Moi : Tout se passe bien ?
Laurent : Oui oui.
Moi : Bon, ben sois prudent, j’ai confiance en toi, t’es le meilleur, tu vas me manquer, je t’aime…
Laurent (pressé): Oui oui, bon je dois te laisser. A plus.

Je raccroche, dépitée. « A plus… » A l’entendre, on a l’impression qu’il sort acheter le pain ! Je réalise qu’il part pour au minimum 15 jours de traversée, tout seul, à la conquête de l’Atlantique.

Laurent fait une course magnifique et tactique, longtemps en tête du classement, dépassé depuis peu par Zéphyrin. Je suis les relevés de positions toutes les quatre heures, et les actus postées par les Rouges sur le site de la Transquadra. Arrivée prévue d’oxymore le 8 février dans la soirée, second au classement et largement devant le troisième. L’honneur est sauf !

Orly Sud

Orly Sud, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Je tue le temps en dessinant depuis une salle d’embarquement inondée de soleil. Air Caraïbes se fait une beauté sous un magnifique ciel bleu… et je suis enfin en vacances, pressée de découvrir la Martinique et rêvant de ti punch sous les cocotiers !

En cabine, vol TX5924

En cabine, vol TX5924, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Tout en croquant mes voisins distraitement, je songe aux mails trop rares de Laurent. Il faut bien avouer que le prix de la minute du forfait iridium par satellite décourage toutes velléités d’écriture. J’avais des consignes précises : pas plus de 2 lignes, pas de texte en gras, pas d’images, pas de majuscules, pas d’italique.
Moi, ironique : tu préfères que je laisse les mots tout attachés sans espaces sans ponctuation pour économiser des octets, ou bien j’ai le droit de les séparer ?
Laurent : Ha ha ha…
Quand un mail en provenance d’Oxymore@skyfile.com atterrit dans ma boîte, mon coeur palpite et je tangue… Grâce au ciel, on a des nouvelles de la mer : magique !

27 janvier

Bon, ben… RAS en fait ; il y a plus de vent que prévu (23 à 30 nds), le bateau va bien, je suis sous spi, ça avance pas mal… mon option sud est volontaire (disons que j’ai suivi le routage !), mais je pense me recentrer demain. Pour ce qui me concerne, aucun bobo, je suis juste très fatigué, j’aimerais bien un poil moins de vent pour pouvoir dormir plus !

Tombé à l’eau le 27 janvier, Patrice Carpentier est récupéré de justesse par son équipier, on dénombre pas mal de casse (démâtages, chavirages, voies d’eau) et des bateaux perdus. Heureusement, les hommes ont tous été sauvés malgré des situations compliquées. Je commence à stresser en sachant Laurent tout seul au milieu de l’Atlantique. Il fait une superbe course, premier au classement des solitaires.

Classement 28 janvier

Classement 28 janvier

30 janvier
Coup de mou hier (bricolage pénible, bateau mal réglé, hypoglycémie probable,
allure chiante) , mais c’est passé et ça repart ! hier les autres ont fait à
peine mieux mais j’ai pas le classement de ce matin. A suivre !

31 janvier
je n’ai pas le classement de ce matin mais ça va pas être beau : nuit catastrophique sans vent, j’ai eu le tord de suivre le routage qui, en théorie, contournait la zone de « molle » mais en pratique, ben, pas totalement… heureusement c’est revenu ce matin. Je crains que mes camarades plus au sud n’aient pas eu cette molle et me passent en une nuit! Bon,à part ça, RAS, le spi orange est en l’air, le prochain empannage est prévu pour demain fin d’après-midi (sauf imprévu, grain, etc.), le skipper va bien. Pour l’iridium, il me reste ce matin 39 mn, avant envoi de ce mail et réception du classement. Je consomme env. 20 mn par jour (1 classement = 4 mn, 1 requête GRIB = 2 mn, réception du GRIB = 6 mn, le tout c’est si ça plante pas parce qu’alors faut recommencer… et les minutes « perdues » sont quand même décomptées, évidemment). DONC : il va falloir en remettre ; MAIS on est le WE et ça risque d’être fermé, en tout cas demain c’est sûr. Peux-tu voir s’il est possible de remettre des minutes aujourd’hui (ce matin), sinon à défaut lundi matin à la première heure ? (de toute façon je risque de n’avoir ni météo ni classement avant lundi, on ne peut pas dire que ça m’arrange…).

2 février
Merci pour la recharge Iridium. J’ai reçu un classement (so far so good), pas encore la météo. Bon, apparemment ceux du sud n’ont pas franchement plus de vent, les écarts
semblent se tenir depuis « la molle ». J’aurais repris 3 milles à Pierrick cette nuit ?
D’après Rémi, plus de grand spi pour JF Hamon, dommage pour lui mais pour moi c’est une bonne nouvelle… je caresse l’espoir qu’il reste derrière ; reste Pierrick Penven, l’animal va vite et il est bon en nav ! Du coup, au Général, ça pourrait faire podium si Solua reste bien là où il est, voire 2 si j’arrivais à mettre JFH suffisamment loin derrière…? On verra, il reste encore pas mal de route, ne vendons pas la peau etc etc !! Sinon, super conditions de nav, sous spi et sous le soleil, même si parfois c’est un peu « mou » ; le bateau va bien (et il a toutes ses voiles, lui !), le skipper aussi. Il pense à se laver pour la 1ère fois depuis le départ, c’est dire !

Ah ! Cette fameuse molle que d’autres appellent également bulle. Elle fait débat, entre les partisans de la ligne directe, ceux de la route nord et les Sudistes.
Visiblement, la ligne droite n’est pas la plus rapide et nombreux sont les concurrents tombés dans le piège de cette bulle anticyclonique : rien d’autre à faire que de se traîner à 3 noeuds de moyenne tandis que doublent à toute vitesse les tenants de la route sud bien plus ventée.
Mais c’était sans compter les sargasses… car voilà le véritable ennemi des concurrents : une algue malfaisante qui les a tous traumatisés. De gigantesques nappes de sargasse, véritables pièges pour les safrans, empêchant d’avancer, déréglant le bateau et contraignant les skippers à d’épuisantes manoeuvres.

3 février
Des algues, des algues, P….. D’ALGUES !!! c’est insupportable.
T’aurais pas quelques millions de tonnes d’acide sulfurique sous la main ??

Ils ont tous eu des pensées meurtrières envers les sargasses : l’acide, la marée noire, le napalm… La première question sur les pontons, à l’arrivée : « alors, comment t’as fait avec les sargasses ? » et la réponse : « Saloperie de merde, on en a bavé… une autre Transquadra avec les sargasses ? Ah non, certainement pas. »

3 février, plus tard
Bon, tu auras peut-être remarqué des vitesses inhabituellement basses… j’ai décidé de prendre un bain. De 3 heures. Volontaire, dans un sens (je ne suis pas tombé, j’y suis allé de mon propre gré) mais forcé quand même, pour démêler un bras de spi pris dans la quille, l’hélice, les safrans… C’est reparti, je suis pas mal énervé mais toujours motivé.
J’ai hâte de te voir…

Je tente d’imaginer Laurent barbotant dans les algues pour une petite thalasso, juste raccordé à Oxymore par un bout, en plein milieu de l’Océan, sans âme qui vive autour… Je ne suis pas d’un naturel stressé, mais là, tout de même ! Le fin mot de l’histoire : 3 heures passées sous la coque pour démêler un bras de spi entortillé dans l’hélice parce que cet étourdi avait embrayé son moteur en marche arrière (les équipages ont le droit de démarrer le moteur au point mort pour recharger les batteries uniquement). Et Zéphyrin qui prend de l’avance ! Je lance une imprécation contre Pierrick depuis mon atelier : cela a pour effet immédiat de cramer ma box internet et de me valoir 2 heures de hotline avec Orange (qui n’a de hot que le nom et la couleur…)… Véridique !

6 février
Nuit pluvieuse, venteuse, lever de soleil gris et humide… on se croirait n’importe où sauf aux Antilles ! heureusement que j’ai un clavier étanche … Je n’ai pas le classement de ce matin mais pour la victoire ça sent pas bon ; reste à accrocher la 2ème place, suffisamment loin devant JF Hamon ! Quand arrives-tu ? Pour moi, sans doute dimanche dans la journée, à voir.

From the sky

From the sky, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Nous atterrissons  dans deux heures environ. Un dernier croquis – j’adore le Boeing 747, spacieux et lumineux – de la cabine. Malheureusement, impossible de dessiner à l’intérieur du cockpit, même en faisant les yeux doux à l’équipage.

En cabine, vol TX 5924

En cabine, vol TX 5924, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Bienvenue à Fort de France, température au sol 30 degrés, ciel gris, nuageux, petite pluie.
Il est 16h00, heure locale.
Après avoir récupéré ma valise, je saute dans un taxi tandis qu’une espèce de fanfare de carnaval tambourine dans un vacarme indescriptible à la sortie de l’aéroport. Direction le Marin.
Il pleut des trombes d’eau. Disons que ça porte bonheur…

Un croquis, une histoire : en cabine

En cabine, vol Paris-Istanbul Air France

En cabine, vol Paris-Istanbul Air France, Encre de Chine et aquarelle, Delphine Priollaud-Stoclet

Je collectionne les dessins de cabines, de galleys et de cockpits – même s’il est devenu très difficile de s’immiscer comme je le faisais avant dans le poste de pilotage.
Le sésame : un dessin !
Il suffit d’ouvrir mon carnet et de commencer à croquer un passager endormi pour qu’un steward ou une hôtesse s’interrompe dans son service en engageant la conversation. Et je lis toujours la même envie de « savoir dessiner » à travers les mots et les sourires. L’admiration également, même si pour moi cela n’a rien d’extraordinaire d’esquisser au fil de mes carnets les rencontres, émotions, joies et souvenirs qui jalonnent mes parcours quotidiens.
Fabrice débarrasse les plateaux-repas, intrigué par mon carnet :
« Ça vous dirait de nous dessiner moi et mon collègue dans le galley ? »
Moi : « Bien sûr… Et vous croyez qu’un dessin dans le cockpit, ce serait jouable ? »
Fabrice : « Il sont sympas sur ce vol. On est un peu près de l’atterrissage, mais je vais voir. »
Il revient : « Ils auraient bien aimé, mais il y a déjà un visiteur. Une autre fois, peut-être ! Mais nous on est partant pendant notre pause déjeuner. »
J’embarque donc mon carnet et un feutre, et c’est parti pour un dessin-minute juste avant la phase de descente.

Pause repas

Pause repas dans le galley, encre de Chine.

« Veuillez regagner votre siège, remonter votre tablette et le dossier de votre siège et attacher votre ceinture… »
Il pleut sur Istanbul.

Un croquis, une histoire. Crêpes stambouliotes

Carnet de voyage à Istanbul. Confection des crêpes, restaurant Han

Carnet de voyage à Istanbul. Confection des crêpes, restaurant Han. Delphine Priollaud-Stoclet ©
Encre et brou de noix.

Il fait un temps de chien à Istanbul et je meurs de faim.
Nous avons arpenté la ville toute la journée et affronté une pluie diluvienne, glaçante, assortie de bourrasques de vent qui ont décimé toute une population de parapluies : nous avons beaucoup ri en regardant les gens courir après leur parapluie retourné… lequel finissait dans une poubelle pleine de ses semblables aussi mal en point que lui.
Installées en vitrine d’un restaurant à touristes de Sultanhamet, à deux pas de Sainte Sophie, deux femmes confectionnent de fines crêpes en un tour de main. Il ne m’en faut pas plus pour pousser la porte, ayant repéré une table libre offrant un point de vue tout à fait stratégique pour dessiner. La carte est affreusement chère et l’endroit tient plus du hall de gare que du restaurant romantique. Tant pis ! Je dessine sous l’oeil curieux d’une famille venant de Dubaï avec laquelle j’entame une discussion plaisante et décalée sur la pluie et le beau temps parisien… Un serveur tente une incursion par-dessus mon épaule, la crêpière me sourit timidement. Comme j’aime ces délicieux moments de partage grâce au dessin. Pour la remercier, je la croque une deuxième fois et lui offre l’esquisse, avant d’attaquer ma crêpe aux épinards bien méritée !

Paris, je t’aime ! Carnet de voyage à Paris

Comme il est agréable de musarder au soleil… Voilà que je me prends pour une touriste en goguette à Paris, le temps d’une belle journée de printemps !
Je dessine la Pyramide du Louvre en clignant des yeux (j’ai bien sûr oublié mes lunettes de soleil…) tandis que m’attendent au Palais-Royal les colonnes à rayures de Buren.

Musée du Louvre, Carnet de voyage à Paris

Musée du Louvre, Carnet de voyage à Paris
Encre de Chine et feutre tubulaire

Je m’amuse à croquer badauds et touristes pique-niqueurs, solitaires ou en grande conversation…

Les Colonnes de Buren, Carnet de voyage à Paris

Les Colonnes de Buren, Carnet de voyage à Paris
Encre de Chine et feutre tubulaire.

Et je rentre à la maison avec l’impression d’avoir été en vacances, malgré la cohue du RER et une pile de paperasses en retard sur mon bureau !

C’est le souk ! Carnet de voyage à Marrakech novembre 2013

Tap tap tap, vrouuuummmmmmmm vrouuuuuummmmmmmmm, chchchch…. Le martèlement des ferronniers dans le souk Hadadine et la douceur de la laine feutrée chez les Teinturiers ; la lumière filtrée par les lanternes ajourées suspendues à un rayon de soleil ; les pigments éclatants rassemblés en perles de laine et babouches aguicheuses qui pointent leur nez, serrées comme des sardines multicolores.
Marrakech la bariolée fait son show et j’adore ça !

Dans le souk Hadadine

Dans le souk Hadadine, encre et gouache, Delphine Priollaud-Stoclet. Carnet de voyage à Marrakech

Souk des teinturiers

Dans le souk des teinturiers, encre de Chine, Delphine Priollaud-Stoclet. Carnet de voyage à Marrakech

Carnet de voyage au Ladakh août 2013 – Korzok, Tso Moriri – Delphine Priollaud-Stoclet

Carnet de voyage au Ladakh, 2-18 août 2013.
#Extraits
15 août 2013

Sur les rives du Tso Moriri, le village de Korzok abrite les nomades qui s’y installent tout l’été pour faire paître yacks et chèvres pashmina.

Campement nomade à Korzok, Tso Moriri, Ladakh

Campement nomade à Korzok, Tso Moriri, Ladakh. Gouache, Delphine Priollaud-Stoclet (c) Carnet de voyage au Ladakh

Tentes brunes posées sur la prairie, simplement retenues par quelques pierres tombées de la montagne. Un habitat précaire de fortune qui semble bien fragile et provisoire…
Yacks et ânes broutent avec flegme l’herbe fleurie de minuscules étoiles bleues et jaunes. Silence brisé par les aboiements des chiens sauvages pullulant en quête de nourriture.
Je suis saisie par l’immobilité des êtres et du paysage : ici, le mouvement se forme autre part que dans le déplacement…
Le ciel à portée de main.

Delphine Priollaud-Stoclet - Korzok

Delphine Priollaud-Stoclet – Korzok

Un haut-parleur crachotant et vociférant déverse son flot de prières que le vent transportera pour soigner, soulager et apaiser les âmes par-delà les sommets. Le temple en dur, un affreux cube de béton brut, accueille des dizaines de nomades venus se recueillir.
C’est jour de fête.
Visages burinés, brûlés par les hivers glacials et les étés brûlants, animés par des regards noirs et perçants, cachés derrière des lunettes de soleil offrant un drôle de contraste avec les tenues traditionnelles.

Portraits nomades - Korzok - Ladakh

Portraits nomades – Korzok – Ladakh. Gouache, Delphine Priollaud-Stoclet (c)

Les femmes et les enfants se tiennent à l’écart des hommes, agitant leurs petits moulins à prières tintinnabulants. Certaines dorment, couchées à même le sol, d’autres devisent, joliment parées de châles aux motifs chatoyants. Les enfants courent partout tels de joyeux lutins dépenaillés, la morve au nez, les joues noires de poussière, le rire au bord des lèvres.
Tandis que je dessine, l’une d’elles m’offre à mains nues une poignée de riz aux fruits secs que je déguste avec bonheur. C’est délicieux !

Portraits nomades - Korzok

Portraits nomades – Korzok

Royal Boat !

Oxymore est né, vive Oxymore !
La mise à l’eau d’Oxymore s’est faite dans les règles de l’art hier après-midi à la base sous-marine de Lorient.
Oxymore est le nouveau-né tant attendu de la famille, le voilier amoureusement et patiemment pensé par Laurent depuis des années, construit par Jean-Pierre Kelbert (JPK).
Nous avons donc fêté comme il se doit l’arrivée de ce JPK 10.10 qui promet de belles escapades…
Il est magnifique avec son pont en teck, sa coque « grey storm » et son mât tout noir !

Mise à l'eau

Mise à l’eau d’Oxymore à la base sous-marine de Lorient. Encre de Chine, Delphine Priollaud-Stoclet (c)

Installation du mât

Installation du mât, encre de Chine, Delphine Priollaud-Stoclet (c)

Pendant que Laurent règle les derniers détails techniques, je m’éclipse pour boire un café au Poulpe, avenue de la Perrière. Attablés à la table voisine, deux messieurs discutent tranquillement en lorgnant sur mon carnet Moleskine : une conversation s’amorce tout naturellement et nous parlons peinture, école de Bretagne et beaux-arts. Drôle de rencontre ! Toujours la magie du dessin qui délie les langues et les esprits, sans parler de la main…
Suivant leur conseil, je prends la rue du Chalutier les deux anges pour dessiner dans le chantier naval tout proche les vieilles coques rouillées tandis que les mouettes tournoient autours des chalutiers du port de pêche et poussant des cris perçants.

Les coques abandonnées

Les coques abandonnées, encre de Chine et gouache, Delphine Priollaud-Stoclet (c)

Il est 17h00, l’heure de boire le Champagne en l’honneur d’Oxymore ! Nous nous retrouvons au chantier de JPK (Jean-Pierre Kelbert) avec les compagnons qui ont construit ce bateau en soignant les moindres détails. Laurent est sur un petit nuage, songeant probablement à la prochaine étape : la Transquadra 2014, une transatlantique en solitaire où il a l’intention de briller…

Champagne !

Champagne ! Encre de Chine et gouache, Delphine Priollaud-Stoclet (c)