Un croquis, une histoire. Les galets de Vernazza.

La plage à Vernazza, Delphine Priollaud-StocletUne chaleur et une foule étouffantes.
La Méditerranée qui nous tend les bras, couleur menthe à l’eau.
Il est tard et l’idée de nous entasser dans un train bondé pour rejoindre La Spezia n’est guère enthousiasmante.
Nous suivons bêtement un groupe de personnes qui se dirigent vers un tunnel sombre et malodorant. Au bout, la plage ! Laurent se déshabille en 4 secondes et fonce vers la mer en gueulant “putain de galets brûlants !”. Moi, j’avise un chapeau de paille abandonné et une bimbo qui bronze. C’est à l’aquarelle que je me jette à l’eau, tandis que les rochers se voilent de paillettes dorées au fur et à mesure que s’incline le soleil.Le chapeau disparaît, la fille aux cheveux vénitiens se rhabille.
Mes aquarelles sont pleines de sable.

 

#8 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

13 février 2015

Café du matin à l'annexe

Café du matin à l’annexe, encre et aquarelle

Valérie Antonini est arrivée dans la nuit à bord de Vent d’Ox, également un JPK 10.10, avec son équipier belge. Une drôle d’aventure ! Valérie était partie pour faire sa Transquadra en solitaire, seule femme inscrite dans cette catégorie. Le sort en a décidé autrement : problème de pilote automatique au départ de Madère, et sitôt franchie la ligne de départ, elle fait demi-tour pour réparer à Quinta Do Lorde. Là, elle retrouve un Belge errant sur les pontons victime de la même avarie, lâché par son équipier qui a préféré abandonner. Ils décident finalement de traverser à deux sur le bateau de Valérie et prennent un nouveau départ 48 heures après le jour J.
On félicite Valérie, toute pimpante malgré sa longue traversée, en prenant le café à l’Annexe. Visiblement, elle préfère naviguer en solitaire… Nous, on rigole bien en écoutant le récit de sa cohabitation pas toujours simple avec le Belge !
“Vous comprenez, j’étais obligée de fermer la porte des toilettes pour pisser, de mettre un maillot de bain pour me laver… et puis moi, si je pars en mer, c’est pas pour entendre les histoires de c… des autres ! “
La journée passe à toute vitesse. Juste le temps d’une baignade rapide à Anse Dufour : pas de petits poissons multicolores, mais d’énormes rouleaux et un courant de folie. La plage est submergée à chaque vague un peu forte. Je sors vite de l’eau !
On reprend l’avion demain, et entre la valise à boucler, le bateau à fignoler pour son convoyage de retour et la cérémonie de remise des prix ce soir, impossible de s’attarder.

L'Orchestre, cérémonie de clôture, Transquadra 2015

L’Orchestre, cérémonie de clôture, Transquadra 2015, encre et aquarelle

La cérémonie de clôture bat son plein avec un orchestre sympathique et tonitruant. Je dessine à toute vitesse, au rythme des percussions tandis que la nuit tombe. Belle ambiance de fête. Laurent semble nostalgique, de la buée au fond des yeux : une page se tourne, un beau projet qui l’occupe depuis bientôt 3 ans touche à sa fin.

Proclamation des résultats

Proclamation des résultats, encre et aquarelle

Toute l’équipe des Rouges prend place sur le podium face au ponton 5 pour la proclamation des résultats. Les officiels prennent la parole, on se félicite de toutes parts. Les noms des concurrents défilent un peu trop rapidement.
Laurent est classé second au général et pour la seconde étape dans sa catégorie. Lui qui craignait d’être ridicule… Invité sur l’estrade, il se cache derrière Pierrick, le vainqueur incontestable de cette transquadra 2015, qui brandit son trophée.
Laurent gagne une bouteille de rhum HSE, sponsor officiel, 1 serviette brodée au nom d’Oxymore, 1 bouteille de Champagne car il est également classé second au trophée Quattro. Et surtout une magnifique victoire, une course sans fautes, un rêve d’une vie.
Que la fête commence !

Apéro de clôture

Apéro de clôture, encre et aquarelle

On se couche un peu pompettes (le rhum HSE coulait à flots…).
Laurent : ” C’est fini. “
Moi : ” Ben oui. “
Laurent : “C’était bien, quand même… A part ces saloperies d’algues.”
Moi : ” mmmhh. Oui. “
Laurent : “Je crois que je vais faire une dépression post-course…”
Moi : ” Hein ? Ah non ! “
Laurent : “J’aurais pu faire mieux… “
Moi : ” C’est ça. Allez, dors ! “

Fin.
Merci à tous les équipages qui se sont laissés croquer.
Merci au staff de la Transquadra pour cette belle édition.
Merci à Laurent, mon marin préféré. Le meilleur.

#7 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

13 février 2015

La marchande de planteur

La marchande de planteur, crayon et aquarelle

“Dis-donc ma belle, viens goûter mon rhum ! ”
La fête des marchandes bat son plein au marché couvert du Marin. Puis-je décemment goûter au rhum arrangé de Monique à 10 heures du matin ? Allez, juste une gorgée pour lui faire plaisir. Un délicieux parfum d’orange amère et de passion…. Mmmmhhhhhh, absolutely delicious ! C’est vendu : je prends une bouteille qui rejoindra bientôt ses copines Neisson.

Le rhum arrangé de Monique

Je dessine de loin la marchande de rhum, assise en plein soleil. Arrivent trois enfants qui me regardent peindre avec de grands yeux plein de questions. Ils n’ouvrent pas la bouche, jusqu’à l’arrivée de leur maman avec qui nous discutons un moment. Yvan et Pascal parcourent les océans en famille à bord de leur trimaran La Ohana pour dénoncer les atteintes faites au milieu marin et à l’environnement. Un très beau projet que vous pouvez soutenir à cette adresse : http://fr.la-ohana.org/
J’aimerais tellement moi aussi faire le grand plongeon dans l’aventure autour de monde pour dessiner à perte de vue…
Il règne une ambiance de folie au marché. Lili la marchande d’herbes offre son plus beau profil et les couleurs juteuses des étals m’inspirent une nature morte vitaminée.

Lili

Lili, crayon et aquarelle

Les agrumes du marché

Les agrumes du marché, crayon et aquarelle

Je rejoins Laurent qui s’occupe de finaliser la logistique du convoyage de retour d’Oxymore depuis la Martinique jusqu’à Lorient en cargo. C’est très compliqué… de sombres histoires de bouées d’attente non disponibles, de listes à mettre à jour avec un certain Stéphane, de rendez-vous impossibles à fixer. Je patiente en observant un concurrent briquer son pont et ses coussins avec une belle énergie.

Sur le pont

Sur le pont, encre et aquarelle

Nous suivons les recommandations d’Hervé qui nous conseille une baignade à Anse Figuier, pas très loin du Marin. Malgré la foule qui s’entasse serviette contre serviette, la plage est sympa, et bronzer à l’ombre des palmiers n’est pas désagréable du tout. Dessiner à la plage est un de mes sujets préférés : les gens s’exposent sans pudeur à la vue et au soleil, en mode “je montre tout ce que je cache d’habitude”. En y prêtant attention, on observe alors des scènes de vie cocasses et colorées charmantes à croquer.

Anse-Figuier

Anse-Figuier, encre et aquarelle

Nous rentrons nous préparer pour le cocktail Transquadra prévu ce soir au Club Med de Sainte Anne, partenaire officiel de la course. Je fais un superbe effort vestimentaire : petite robe noire, maquillage, lissage de cheveux, bracelet VIP pour montrer patte blanche… et en bandoulière mon affreux sac rouge avec mon carnet de croquis et mes affaires de dessin. Laurent me suggère alors de prévoir à l’avenir un “sac à croquis de soirée”… J’y songerai !
Nous sommes accueillis avec pina colada à volonté dans un magnifique décor de carte postale, sur la plage des Boucaniers. Le Club Med comme vous le rêvez !
“Et vous, le bonheur, vous l’imaginez comment ?…”

Juste devant nous, la ligne d’arrivée marquée par la présence d’un catamaran avec à son bord un Rouge de permanence chargé de pointer à la seconde l’heure d’arrivée des concurrents.
Les chemises blanches se mêlent aux chemises rouges, on trinque, on discute, on refait la course… Je dessine à perdre haleine à peine éclairée par un lampadaire de plage. Magique !

La soirée Club Med

La soirée Club Med, encre et aquarelle

Des bribes de discours parviennent à mes oreilles.
“Quelle édition… Un peu salée, un peu alguée… Encore quelques bateaux en mer… quatre démâtages, 3 bateaux perdus… Merci à ceux qui se sont déroutés…”
Un vibrant hommage est rendu à Dominique Bleichner qui a récupéré sur le fil son équipier tombé à l’eau. Rien sur les malheureux concurrents de Zinzolin évacués suite au chavirage de leur bateau. Le père de l’un d’eux exprime alors publiquement son amertume avec émotion. C’est aussi l’heure des bilans et des réajustements.
Que la fête commence !

Une arrivée remarquée

Une arrivée remarquée, encre et aquarelle

Cette édition fut marquée par un étirement des arrivées, inédit dans la course. Les premiers concurrents avaient pratiquement 1000 milles d’avance sur les dernières positions, une bulle de dépression ayant piégé les concurrents restés plus au nord : comme ce bateau qui franchit la ligne au beau milieu de la soirée, sous les acclamations et les applaudissements des guests. Peut-être est-ce Valérie Antonini, partie toute seule sur Vent d’Ox et arrivée à deux… Mais c’est une autre histoire !

#6 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

12 février 2015

C’est parti pour une belle journée “vadrouille et plage” dans le sud de l’île.
Nous nous promenons de Grande Anse à Anse Noire, tranquillement, au rythme martiniquais si joliment nonchalant.

Pêcheurs à Grande Anse

Pêcheurs à Grande Anse, encre et aquarelle. Delphine Priollaud-Stoclet

Première halte à Grande Anse.
Laurent a cassé son masque en marchant dessus pendant la course (no comment…) et cherche désespérément à s’en racheter un autre avec le tuba assorti pour s’adonner aux joies du snorkeling.
Je l’attends en croquant sous un soleil de plomb ce retour de pêche et la séance de vidage de poisson sur la plage.
Nous logeons la côte jusqu’à Anse Dufour, idyllique crique minuscule où poser sa serviette fait un bien fou ! Nous nageons dans une eau chaude et turquoise, à l’affut des petits poissons multicolores peuplant à foison rochers et coraux. Je suis capable de rester barboter des heures à observer la parade des chirurgiens bleus fluo, des labres bicolores, des poissons-soldats, poissons-perroquets, des orphies vif-argent et des sardes, des demoiselles rayées, des gorgones alanguies et des coraux phosphorescents…

Anse Dufour

Anse Dufour, encre et aquarelle, Delphine Priollaud-Stoclet

Nous aurons même la chance de faire connaissance avec deux belles tortues de mer peu farouches, à seulement quelques mètres de la plage.
Je passerai rapidement sur le détestable accueil dont nous avons été victimes au restaurant Sable d’or, un endroit à fuir absolument malgré la superbe vue sur Anse Dufour. Profitez plutôt des délicieux accras de Marie-Jo qui tient de main de maître une gargote de plage bondée à l’heure de midi ! Y dégoter une table relève de l’exploit, mais ça vaut le coup.
Après une baignade digestive à Anse noire la bien nommée à cause de son sable gris foncé, juste à côté de Anse Dufour, nous faisons route vers le Marin.
J’aimerais bien arriver avant le coucher du soleil pour dessiner la vue magnifique depuis le bout de ponton de la pompe à essence des bateaux.

Le Marin au crépuscule

Le Marin au crépuscule, encre et aquarelle, Delphine Priollaud-Stoclet

Sitôt arrivés, je fonce à la pompe, course contre la montre avec le soleil qui décline à toute vitesse. Sous les tropiques, la nuit tombe à pic sur les coups de 18h00 et il faut faire vite.
Cédric, le pompiste, me tient compagnie tandis que je dessine au gré des lumières parées de rose et d’or annonçant un crépuscule étoilé.
Comme ces moments rares sont délicieux…

L'arrivée des Ponpons sur Jubilation

L’arrivée des Pompons sur Jubilations, encre et aquarelle. Delphine Priollaud-Stoclet.

Dans la soirée, nous assistons en direct à l’arrivée des Pompons sur jubilations, en double sur un JPK 1010, petit frère d’Oxymore.
Ce sympathique équipage belge arbore fièrement bérets à pompon porte-bonheur et uniforme de petit marin.
Extrait de leurs impressions à chaud recueillies par les Rouges : « …. au début de la traversée, nous avons navigué comme des “idiots”. ( ce n’est pas exactement le terme employé …) Nous nous croyions en régate et avons foncé, foncé, sans ménager le matériel. Un violent départ à l’abattée, qui a détruit notre balcon avant et un chandelier, nous a ramené les pieds sur terre … la Transquadra n’est pas une régate de la journée … il faut ménager le matériel … Ensuite, nous nous sommes faits piéger dans la bulle. Nous comptions rester 48 heures dans la calmasse … en fait nous sommes restés 6 jours à régater avec nos peaux de banane. Nous avons pu plonger pour checker la quille et l’embase. La dernière calmasse, 24 h avant l’arrivée était vraiment de trop ! … » (source : blog de la Transquadra, 13 février 2015)
Nous trinquons avec eux, bien sûr !

#5 Transquadra, Madère – Martinique, Carnet de voyage

11 février 2015

L'hydrogénérateur, démontage

L’hydrogénérateur, démontage, encre et aquarelle

Il fait une chaleur à crever aujourd’hui.
Pour moi, c’est Coca light avec plein de glaçons à l’Annexe, tandis que Laurent s’en est allé tout frétillant dès potron-minet. “J’vais bricoler sur le bateau…”
Vers midi, je pars aux nouvelles et découvre mon Laurent tout rouge, en sueur,  tirant comme un âne sur un truc situé à l’arrière d’Oxymore.
Moi : “Tu fais quoi ?”
Laurent : “Mrrrffffffffhhhh…. Putain de merde de chier de cochonnerie de merde !”
Moi : “??????… heu, c’est sur quoi que tu tapes comme un sourd avec ton marteau ?”
Laurent (comme si c’était évident) : “J’essaye de virer l’hydrogénérateur, mais cette putain de vis est tordue ! ”
C’est assez marrant à dessiner… Je finis tout juste d’écrire la légende, quand deux ravissantes petites blondinettes s’arrêtent pour regarder mon croquis :
“C’est beau Madame ! ”
Moi : “Merci ! ”
Blondinette n°1 : “Qu’est ce que vous avez écrit, là ?”
Moi (en cachant le dessin) : “Rien rien ma chérie… enfin, des gros mots pas beaux que disaient le monsieur sur le bateau ! ”
Laurent : “Hein ?”
Moi, l’air de rien : “Quoi ?”
D’autres se livrent à côté à des occupations non moins périlleuses : le pliage des voiles ! Je vous assure que cela demande un sacré coup de main…

Le pliage des voiles

Le pliage des voiles, encre et aquarelle.

Ouf, l’hydrogénérateur est finalement démonté et j’apprends que nous sommes attendus pur un pique-nique sur la plage des Salines. On y va en bateau, bien sûr.
C’est la première fois que je navigue sur Oxymore. Bien que mariée à un vrai marin, je déteste faire du bateau : j’ai peur, j’ai mal au cœur, je ne sais rien faire à bord et l’idée de barrer me rend malade. Quant à savoir d’où vient le vent, c’est une autre affaire… Laurent a fini par renoncer à m’expliquer !
En mer j’ai le QI d’une huître et le teint verdâtre d’une algue moisie.
Nous jetons l’ancre avec quatre ou cinq autres bateaux devant le décor enchanteur de la longue plage des Salines. L’apéro bat son plein : planteur à volonté !

Pique-nique aux Salines

Pique-nique aux Salines, encre et aquarelle.

La plage est magnifique. Je ne résiste pas au plaisir de dessiner les uns et les autres, glanant ci et là des bribes de conversations. La petite Rose s’est finalement endormie à même le sable, fatiguée par un gros rhume, et nous bavardons tranquillement en la surveillant du coin de l’œil.
Un dernier croquis rapide avant d’aller prendre le café, invités sur le catamaran de croisière de Jacky, un ami de Jean-Pierre Kelbert et de Sophie.

Plage des Salines

Plage des Salines, encre et aquarelle

Je n’avais jamais visité de gros cata comme celui-ci : il est magnifique et j’aurais presque envie de faire une croisière dessus…
Nous rentrons tranquillement au Marin tandis que tombe la nuit.
C’est bien les vacances au soleil !

#1 Transquadra, Madère-Martinique, Carnet de voyage

7 février 2015

En route vers Orly, je frétille d’impatience à l’idée de retrouver Laurent en Martinique.
Il a pris le départ de la seconde étape de la Transquadra sur Oxymore le 24 janvier pour une transatlantique à la voile en solitaire reliant Madère au Marin en Martinique.
Quatrième au classement des solos Saint-Nazaire à l’issue de la première manche, il s’est posé depuis de nombreuses questions existentielles sur ses capacités à traverser l’Atlantique. “Et si je suis ridicule ?, et si et si et si…”  Nous avons eu droit à tous les symptômes psychosomatiques avant son départ pour Madère : état grippal, mal au ventre, un mal au genou inexplicable, une humeur de dogue…
Moi, j’ai confiance !
24 janvier, 8h30
Moi (France) : Ben, je t’appelle pour te dire au-revoir…
Laurent (Quinta Do Lorde) : Hrumfff.
Moi : ???? Bon, ça va ?
Laurent : Oui oui.
Moi : Tout se passe bien ?
Laurent : Oui oui.
Moi : Bon, ben sois prudent, j’ai confiance en toi, t’es le meilleur, tu vas me manquer, je t’aime…
Laurent (pressé): Oui oui, bon je dois te laisser. A plus.

Je raccroche, dépitée. “A plus…” A l’entendre, on a l’impression qu’il sort acheter le pain ! Je réalise qu’il part pour au minimum 15 jours de traversée, tout seul, à la conquête de l’Atlantique.

Laurent fait une course magnifique et tactique, longtemps en tête du classement, dépassé depuis peu par Zéphyrin. Je suis les relevés de positions toutes les quatre heures, et les actus postées par les Rouges sur le site de la Transquadra. Arrivée prévue d’oxymore le 8 février dans la soirée, second au classement et largement devant le troisième. L’honneur est sauf !

Orly Sud

Orly Sud, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Je tue le temps en dessinant depuis une salle d’embarquement inondée de soleil. Air Caraïbes se fait une beauté sous un magnifique ciel bleu… et je suis enfin en vacances, pressée de découvrir la Martinique et rêvant de ti punch sous les cocotiers !

En cabine, vol TX5924

En cabine, vol TX5924, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Tout en croquant mes voisins distraitement, je songe aux mails trop rares de Laurent. Il faut bien avouer que le prix de la minute du forfait iridium par satellite décourage toutes velléités d’écriture. J’avais des consignes précises : pas plus de 2 lignes, pas de texte en gras, pas d’images, pas de majuscules, pas d’italique.
Moi, ironique : tu préfères que je laisse les mots tout attachés sans espaces sans ponctuation pour économiser des octets, ou bien j’ai le droit de les séparer ?
Laurent : Ha ha ha…
Quand un mail en provenance d’Oxymore@skyfile.com atterrit dans ma boîte, mon coeur palpite et je tangue… Grâce au ciel, on a des nouvelles de la mer : magique !

27 janvier

Bon, ben… RAS en fait ; il y a plus de vent que prévu (23 à 30 nds), le bateau va bien, je suis sous spi, ça avance pas mal… mon option sud est volontaire (disons que j’ai suivi le routage !), mais je pense me recentrer demain. Pour ce qui me concerne, aucun bobo, je suis juste très fatigué, j’aimerais bien un poil moins de vent pour pouvoir dormir plus !

Tombé à l’eau le 27 janvier, Patrice Carpentier est récupéré de justesse par son équipier, on dénombre pas mal de casse (démâtages, chavirages, voies d’eau) et des bateaux perdus. Heureusement, les hommes ont tous été sauvés malgré des situations compliquées. Je commence à stresser en sachant Laurent tout seul au milieu de l’Atlantique. Il fait une superbe course, premier au classement des solitaires.

Classement 28 janvier

Classement 28 janvier

30 janvier
Coup de mou hier (bricolage pénible, bateau mal réglé, hypoglycémie probable,
allure chiante) , mais c’est passé et ça repart ! hier les autres ont fait à
peine mieux mais j’ai pas le classement de ce matin. A suivre !

31 janvier
je n’ai pas le classement de ce matin mais ça va pas être beau : nuit catastrophique sans vent, j’ai eu le tord de suivre le routage qui, en théorie, contournait la zone de “molle” mais en pratique, ben, pas totalement… heureusement c’est revenu ce matin. Je crains que mes camarades plus au sud n’aient pas eu cette molle et me passent en une nuit! Bon,à part ça, RAS, le spi orange est en l’air, le prochain empannage est prévu pour demain fin d’après-midi (sauf imprévu, grain, etc.), le skipper va bien. Pour l’iridium, il me reste ce matin 39 mn, avant envoi de ce mail et réception du classement. Je consomme env. 20 mn par jour (1 classement = 4 mn, 1 requête GRIB = 2 mn, réception du GRIB = 6 mn, le tout c’est si ça plante pas parce qu’alors faut recommencer… et les minutes “perdues” sont quand même décomptées, évidemment). DONC : il va falloir en remettre ; MAIS on est le WE et ça risque d’être fermé, en tout cas demain c’est sûr. Peux-tu voir s’il est possible de remettre des minutes aujourd’hui (ce matin), sinon à défaut lundi matin à la première heure ? (de toute façon je risque de n’avoir ni météo ni classement avant lundi, on ne peut pas dire que ça m’arrange…).

2 février
Merci pour la recharge Iridium. J’ai reçu un classement (so far so good), pas encore la météo. Bon, apparemment ceux du sud n’ont pas franchement plus de vent, les écarts
semblent se tenir depuis “la molle”. J’aurais repris 3 milles à Pierrick cette nuit ?
D’après Rémi, plus de grand spi pour JF Hamon, dommage pour lui mais pour moi c’est une bonne nouvelle… je caresse l’espoir qu’il reste derrière ; reste Pierrick Penven, l’animal va vite et il est bon en nav ! Du coup, au Général, ça pourrait faire podium si Solua reste bien là où il est, voire 2 si j’arrivais à mettre JFH suffisamment loin derrière…? On verra, il reste encore pas mal de route, ne vendons pas la peau etc etc !! Sinon, super conditions de nav, sous spi et sous le soleil, même si parfois c’est un peu “mou” ; le bateau va bien (et il a toutes ses voiles, lui !), le skipper aussi. Il pense à se laver pour la 1ère fois depuis le départ, c’est dire !

Ah ! Cette fameuse molle que d’autres appellent également bulle. Elle fait débat, entre les partisans de la ligne directe, ceux de la route nord et les Sudistes.
Visiblement, la ligne droite n’est pas la plus rapide et nombreux sont les concurrents tombés dans le piège de cette bulle anticyclonique : rien d’autre à faire que de se traîner à 3 noeuds de moyenne tandis que doublent à toute vitesse les tenants de la route sud bien plus ventée.
Mais c’était sans compter les sargasses… car voilà le véritable ennemi des concurrents : une algue malfaisante qui les a tous traumatisés. De gigantesques nappes de sargasse, véritables pièges pour les safrans, empêchant d’avancer, déréglant le bateau et contraignant les skippers à d’épuisantes manoeuvres.

3 février
Des algues, des algues, P….. D’ALGUES !!! c’est insupportable.
T’aurais pas quelques millions de tonnes d’acide sulfurique sous la main ??

Ils ont tous eu des pensées meurtrières envers les sargasses : l’acide, la marée noire, le napalm… La première question sur les pontons, à l’arrivée : “alors, comment t’as fait avec les sargasses ?” et la réponse : “Saloperie de merde, on en a bavé… une autre Transquadra avec les sargasses ? Ah non, certainement pas.”

3 février, plus tard
Bon, tu auras peut-être remarqué des vitesses inhabituellement basses… j’ai décidé de prendre un bain. De 3 heures. Volontaire, dans un sens (je ne suis pas tombé, j’y suis allé de mon propre gré) mais forcé quand même, pour démêler un bras de spi pris dans la quille, l’hélice, les safrans… C’est reparti, je suis pas mal énervé mais toujours motivé.
J’ai hâte de te voir…

Je tente d’imaginer Laurent barbotant dans les algues pour une petite thalasso, juste raccordé à Oxymore par un bout, en plein milieu de l’Océan, sans âme qui vive autour… Je ne suis pas d’un naturel stressé, mais là, tout de même ! Le fin mot de l’histoire : 3 heures passées sous la coque pour démêler un bras de spi entortillé dans l’hélice parce que cet étourdi avait embrayé son moteur en marche arrière (les équipages ont le droit de démarrer le moteur au point mort pour recharger les batteries uniquement). Et Zéphyrin qui prend de l’avance ! Je lance une imprécation contre Pierrick depuis mon atelier : cela a pour effet immédiat de cramer ma box internet et de me valoir 2 heures de hotline avec Orange (qui n’a de hot que le nom et la couleur…)… Véridique !

6 février
Nuit pluvieuse, venteuse, lever de soleil gris et humide… on se croirait n’importe où sauf aux Antilles ! heureusement que j’ai un clavier étanche … Je n’ai pas le classement de ce matin mais pour la victoire ça sent pas bon ; reste à accrocher la 2ème place, suffisamment loin devant JF Hamon ! Quand arrives-tu ? Pour moi, sans doute dimanche dans la journée, à voir.

From the sky

From the sky, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Nous atterrissons  dans deux heures environ. Un dernier croquis – j’adore le Boeing 747, spacieux et lumineux – de la cabine. Malheureusement, impossible de dessiner à l’intérieur du cockpit, même en faisant les yeux doux à l’équipage.

En cabine, vol TX 5924

En cabine, vol TX 5924, Carnet de voyage Transquadra, Delphine Priollaud-Stoclet

Bienvenue à Fort de France, température au sol 30 degrés, ciel gris, nuageux, petite pluie.
Il est 16h00, heure locale.
Après avoir récupéré ma valise, je saute dans un taxi tandis qu’une espèce de fanfare de carnaval tambourine dans un vacarme indescriptible à la sortie de l’aéroport. Direction le Marin.
Il pleut des trombes d’eau. Disons que ça porte bonheur…

Les grillades de la Côte. Carnet de voyage au soleil

La Plage du Magellan, Théoule sur Mer

La Plage du Magellan, Théoule sur Mer, Carnet de voyage en vacances. Gouache sur papier. Delphine Priollaud-Stoclet (c)

Plage du Magellan, Théoule sur Mer. 24 juillet 2012. Midi pile. Gouache sur papier.
Les gens sur la plage sont plus frais le matin. Passée une certaine heure, ils risquent de devenir trop cuits…
Etalage de viande grillée à point, abats à l’air et tripaille au soleil.
Et une Côte d’Azur, une !